Pan Am - Pilot

Publié le par critiquesenserie

http://www.designerjog.com/wp-content/uploads/2010/10/pan-am-logo.jpg.png

 

 

J'étais un petit peu intriguée quand j'ai décidé de regarder cette série. C'est vrai que les séries relatant l'époque des années 60 font un peu fureur cette année notamment avec la sortie de The Playboy Club, mais relater la vie d'hôtesses de l'air, de capitaine, j'ai trouvé ça très nouveau. Je ne sais pas s'il existe d'autres séries sur ce thème (je ne pense pas) mais je l'ai trouvé rafraichissant. Déçue par The Playboy Club qui pour moi se passerait plus facilement dans les années 30, j'avais quelques appréhension de vivre la même déception pour Pan Am qui se déroule exactement à la même période. Je risque de faire quelques comparaisons avec celle-ci (je préviens).

 

Synospsis :

La vie de l'équipage de bord de La Pan American airlines, une grosse compagnie aérienne des États-Unis. Entre Dean le commandant de bord, Ted son second, Kate l'agent double, sa soeur Laura qui débute, Colette la française et Maggie. 

 

 

http://seat42f.com/images/stories/Upfronts/Pan-Am-Cast.jpg

 

 

 

C'est transportée à l'époque des années 60, l'âge d'or de la compagnie Pan Am, la plus grosse compagnie aérienne que début la série. Contrairement à The Playboy Club, ici on se sent vraiment dans les années 60. Les décors sont superbes, les effets très crédible qui se fondent merveilleusement bien, on à droit à à un grand show, ans grandes prétentions mais très agréable. Le seul problème, Disney obligé, c'est le manque de cigarettes. Non je ne suis pas si accro à la cigarette que ça, mais à cette époque, tous les avions étaient enfumés tellement les gens fumaient, tout le monde fumait, qu'il s'agisse des hôtesses de l'air ou des passagers, ici la Pan Am est bien représentée, le côté Disney l'est beaucoup plus. Mise à part ce côté bisounours un peu trop dépeint pour ne pas inciter les jeunes à fumer (il y a encore des personnes qui croient que voir un acteur fumer va pousser à la consommation ?), l'époque est bien retranscrite, je me suis vraiment sentie dans les années 60, les décors, les tenues, les coiffures, vraiment rien à dire.

 

 

http://cdn.beta.abc.com/service/image/index/id/edbd939f-f445-49dd-a6a6-7d475423be03/dim/624x351.jpg?cb=2.26 

 

 

Comme dit plus haut, la Pan American Airlines était la plus grosse compagnie aérienne de l'époque, elle avait le monopole sur le sol américain. A cette époque là (comme aujourd'hui d'ailleurs) qui dit grande compagnie dit image de marque. C'est la que nos charmantes hotesses de l'air apparaissent. De la même façon que les bunnies représentent Playboy (je vais essayer d'arrêter là niveau comparaison), elles représentent la compagnie. Pour devenir une hôtesse de l'air, il faut être : jolie, avoir un physique agréable, avoir moins de 32 ans, et ne pas être mariée, pour pouvoir se permettre de drague les passagers ? Parce qu'un mari ne laisserait pas sa femme voyager ? Parce qu'elle voudraient avoir des enfants? Peut-être tout à la fois, les années 60. Oui une image de marque ça se sculpte, comme ces jeunes femmes, elles sont le visage de la compagnie et doivent donner envie aux voyageurs d'utiliser la compagnie, aux petites filles de devenir comme elles, bref d'être les parfaites ambassadrices de la marque. Laura est la nouvelle, qui après avoir laissé devant l'autel son futur mari, est engagée à la Pan Am pour rejoindre sa soeur Kate. Elle a été choisie pour faire la couverture d'un grand magazine Life et son visage se décline sur cette couverture à travers le monde, elle qui avait le désir de voyager, la voilà servie. Kate devient un agent double, un espion pour le gouvernement et et quelques peu déstabilisée que sa soeur prenne le même vol qu'elle alors qu'elle effectue sa première mission. Colette, la française retrouve dans l'avion à destination de Londres un homme avec qui elle avait eu une aventure mais il 'avère que cet homme est marié et a embarqué avec sa charmante petite famille. Maggie, responsable des hôtesses sur le vol, se retrouve réintégrée après une mise à pied pour remplacer la mystérieuse Bridget manquant à l'appel. Et enfin Dean le commandant de bord effectue son premier vol sur le dernier avion flambant neuf de la compagnie avec à ses côtés Ted, son second qui drague toutes les hôtesses. Il est beau, il a du charisme, de la classe et il en jette notre beau commandant. Certainement un des personnages qui m'a le plus marqué (non pas pour le physique).

 

Afin de nous faire plus ample connaissance avec nos chers personnages, les scénaristes ont eu la charmante idée de nous les présenter sous forme de flashback lors de leur différentes escales. Très bonne idée sauf que... C'est un peu brouillon, on à droit à de nombreux flashback, dans des villes différentes et j'avoue que j'ai eu un peu de mal à repérer qui était qui. Surtout entre ridget, Laura & Kate, c'était un peu confus. Mais l'idée est très bien trouvée, on en apprend plus sur les personnages, leurs relation & on comprend un peu mieux à travers ces flashback ce qu'il se passe à bord. D'ailleurs, je trouve les flashbacks beaucoup plus intéressant que le vol en lui même, je ne sais pas si c'est une volonté des scénaristes, si c'est pour bien débuter la série ou encore s'ils vont reproduire le même schéma pour le reste de la saion. C'est très ingénieux en tout cas.

 

Je ne m'étais jamais réellement intéressée à la vie des équipages d'un avion, je ne pensais pas qu'ils pouvaient faire de plus ou moins longues escales dans divers pays (oui j'avoue je suis une inculte). Ce qui va être le plus de cette série, c'est que nous aurons nos personnages principaux mais également une tonne de guest qui joueront le rôle de passagers, et voir plein de nouveaux visages moi ça m'intéresse. Des histoire d'espionnage, d'amour, que de rebondissements!

 

 

Un épisode quelques peu brouillon niveau flashback mais visuellement très joli, même 'ils ne misent certainement pas sur ça. Des années 60 très bien dépeinte malgré quelques omissions. Un premier épisode qui annonce une série prometteuse avec une Chritina Ricci à croquer.

Commenter cet article